Page d'accueil > Manipulateurs > Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique
Manipulateurssous les réflecteursTravailler avec un manipulateur

Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique

Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique - Stefano PRATT https://missionamesoeur.fr

Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique

Le fait d’avoir vécu pendant presque 4 ans sous l’emprise d’un chef manipulateur a motivé ma recherche sur comment se défendre face à ce type de personne et c’est pour cela que j’ai commencé le projet de manipulateurs-au-travail.fr. Dans cet article, je vais vous donner les clés que j’ai apprises de par mon expérience et également à travers ma recherche pour vous permettre de vous défendre d’un patron pervers narcissique.

Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique
credit: https://www.semtrio.com/

Vous devriez être capable de mettre en place votre stratégie de guerre simplement en lisant cet article. Il ne s’agit pas d’un vraie guerre ni d’une guerre froide, mais il s’agit de ne plus permettre à cette personne de continuer à perturber votre esprit afin de garder en tout premier lieu votre sérénité. Ces clés vont également vous permettre de mener le jeu. Ce sont les bases de l’aïkido mental au boulot, le Saint Graal de ma recherche. Bonne lecture.

1. Analysez vos réelles options 

Le fait d’écrire ce qui s’est passé afin d’avoir une meilleure visibilité et de ne pas prendre les choses de façon trop personnelle peut vous aider. Une fois les faits décrits, écrivez quelles sont vos options :

  • chercher un emploi différent dans une entreprise différente
  • obtenir une position différente dans la même société
  • parler à quelqu’un d’autre de votre stratégie pour gérer la relation avec votre patron (tout particulièrement avec les RH ou avec le supérieur hiérarchique du pervers narcissique)
  • étudier les procédures et les politiques de votre entreprise concernant le harcèlement.

Simplement le fait de savoir que vous avez plusieurs options vous rendra beaucoup plus fort face aux comportements de votre patron. Il est préférable d’éviter la confrontation directe, même si vous vous sentez plus fort grâce au fait d’avoir plusieurs options possibles. Concentrez-vous plutôt sur quelque chose de positif, comme le nombre de jours limités qu’il vous reste à faire avant de pouvoir vous débarrasser de votre boss.

2. Planifiez votre départ

Triste mais vrai. Si vous ne trouvez pas de façon de gérer cette situation, le stress deviendra si élevé qu’il commencera à se manifester à travers des symptômes physiques (maux de tête, nausées, maux de ventre,…). La seule solution sera alors de partir.

3. Comprenez le type de comportement qu’il adopte

En comprenant comment le manipulateur pervers narcissique fonctionne, vous pourrez vous comporter à votre tour de façon à vous protéger. Voici des comportments typiques chez les pervers narcissiques :

  • Les pervers narcissiques sont centrés sur eux-mêmes
  • Ils sont arrogants et se pensent supérieurs aux autres, mais ils manquent en réalité inconsciemment de confiance en eux
  • Ils demandent l’attention et l’admiration de ceux qui sont autour d’eux
  • Ils manipulent dans le but de servir leurs propres intérêts
  • Ils n’éprouvent aucune empathie
  • Ils peuvent dire quelque chose et nier l’avoir dit par la suite
  • Ils peuvent être extrêmement rancuniers s’ils estiment qu’une personne a menacé l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, si leur sentiment de supériorité a été remis en question.

Comprenez que leurs humeurs et comportements des pervers narcissiques vont et viennent. Un jour, ils peuvent être très charmants (ils le font normalement pour gagner la confiance des autres ou faire d’eux leurs amis ou alliés) et le lendemain être coléreux et rancuniers, comportement qui est normalement le résultat d’une menace réelle ou apparente à leur narcissisme. Lorsque quelqu’un menace l’image de supériorité qu’ils ont créée d’eux-mêmes, cela ne sera pas toléré, que ce se soit passé en privé ou en public (et les retombées seront d’ailleurs probablement plus fortes si cela a eu lieu devant d’autres personnes). Il faut comprendre, comme je l’ai appris à mes dépends, que ces deux manières de se comporter sont temporaires. Un pervers narcissique peut être, au cours de la même journée, vengeur et rancunier puis charmant. Vous devez tout simplement faire attention et remarquer ces comportements. Ce n’est pas compliqué et cela rendra votre vie beaucoup plus simple. Je parle de mon expérience.

(Vous trouverez plus de détails sur les comportements du manipulateur pervers narcissique au travail dans l’article «Votre boss est-il un manipulateur pervers narcissique ?»)

4. Développez une bonne estime de vous

Une des faiblesses les plus courantes chez les victimes sur laquelle joue le pervers narcissique pour asseoir son emprise est le manque d’estime de soi. Les pervers narcissiques sont extrêmement doués lorsqu’il s’agit de rabaisser les autres pour s’élever eux-mêmes. Ils vont faire en sorte d’arriver à vous faire perdre tout sens de l’autonomie avec pour premier objectif que vous deveniez dépendant d’eux. En tant qu’individu, vous avez vos propres caractéristiques psychologiques et vos propres comportements. Bien les connaître et comprendre comment le pervers narcissiques peut les utiliser pour vous manipuler est essentiel à votre survie psychologique.

Construisez ou reconstruisez une bonne estime de vous à travers des activités en dehors du travail et grâce auxquelles vous pouvez recevoir de la reconnaissance. Vous ne recevrez aucune reconnaissance de la part de votre boss. Ne vous isolez pas, entourez-vous de personnes qui vous font vous sentir bien et remontent l’estime que vous avez de vous-même. C’est très important pour vous recharger et développer une image saine de vous.

5. Flattez son égo

Rappelez-vous toujours que pour le pervers narcissique, tout est à propos de lui. Si vos paroles le flattent et le font se sentir bien et important, il sera beaucoup plus tolérant avec vous que s’il peut penser que vous pourriez l’attaquer afin de réduire son autorité ou encore le critiquer.

Lorsque vous devez faire affaire à votre supérieur hiérarchique manipulateur, essayez de communiquer avec lui en utilisant ce que j’ai appelé la technique E.A.R. :

  1. Empathie
  2. Attention et/ou
  3. Respect

Écoutez avec empathie et attention ce que votre patron a à dire et faites comme si vous étiez intéressé. Faites-lui des compliments, sans pour autant mentir ni vous rabaisser ou vous dénigrer, et faites en sorte que l’attention reste focalisée sur lui quelques minutes. Posez-lui des questions qui flattent son égo; vous pouvez par exemple lui demander des conseils à propos de quelque chose. Partagez avec lui des informations qui peuvent l’intéresser et remerciez-le pour quelque contribution qu’il aurait apportée.

6. Évitez de le critiquer

Les pervers narcissiques ne supportent pas les critiques et peuvent facilement se mettre en colère. Ils ont développé des mécanismes de défense pour se protéger des critiques qui pourraient fragiliser l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Même si vous partez d’une bonne intention afin d’éviter que des conséquences négatives ne se reproduisent, ils n’écouteront tout simplement pas vos critiques et pourront devenir furieux.

7. Pesez vos mots

Si vous n’avez rien à dire à votre patron qui le flatte, alors il vaut mieux ne rien dire. La satisfaction que vous auriez d’avoir raison sur un point serait vraiment très brève et les conséquences pour vous négatives, voire même démesurément négatives.

8. Suivez ses règles

Vous l’avez compris, les pervers narcissiques aiment être les maîtres de leur monde. Faites en sorte que votre chef se sente toujours en contrôle de la situation en suivant ses règles, même si vous n’êtes pas d’accord avec la direction qu’il a adoptée. S’il vous demande quelque chose qui serait contraire à la loi ou à la politique de l’entreprise, bien évidemment, ne le faites pas et assurez-vous de ne pas le menacer directement en disant : «Je vais aller parler aux RH».

9. Assurez-vous qu’il reçoive tout le mérite

Le pervers narcissique prendra tout le mérite, même si c’est vous qui avez fait tout le travail. Selon lui, les résultats obtenus sont dus à sa grande vision et il est donc normal qu’il récolte tous les mérites. Il cherche les éloges et la reconnaissance. Acceptez le fait que vous ne recevrez aucune reconnaissance pour le travail que vous avez accompli et assurez-vous qu’il reçoive tout le mérite, que son égo soit flatté, en le remerciant pour ses précieux conseils ou pour sa supervision.

10. Répondez rapidement à tout fausse information

Les pervers narcissique sont en général aux petits soins avec leur supérieurs hiérarchiques et s’arrangent pour donner une excellente image d’eux-mêmes. Ils peuvent aller jusqu’à rabaisser quelqu’un, à faire des remarques dénigrantes sur vous ou sur d’autres de vos collègues de façon à paraître supérieur. Lorsqu’une fausse information, rumeur ou remarque dénigrante circule à propos de vous, corrigez-la le plus rapidement possible pour éviter que les autres employés ne croient que ces critiques soient véridiques. Faites-le de façon factuelle, honnête et avec précision en apportant tout les compléments d’information nécessaires. Ne faites aucun commentaire par rapport aux déformations de la réalité qui ont été faites précédemment. Votre réponse doit être émotionnellement neutre et donnée sur un ton pragmatique. Si vous contre-attaquer, vous vous exposer à des représailles car les pervers narcissiques sont rancuniers et ils feront tout pour se venger. De plus, cela pourrait nuire à votre crédibilité à long terme. Ainsi, par exemple, si un mail contient une fausse information, répondez à l’e-mail et dites quelque chose comme cela : «Au cas où quelque chose n’était pas au clair par rapport à…, vous trouverez ici certains détails qui peuvent être utiles…». En restant objectif et pragmatique, les informations que vous fournirez montreront que vous êtes la personne la plus crédible.

11. Mettez des barrières

Les pervers narcissiques sont sans cesse en demande d’attention et dépassent souvent les limites. Ils peuvent par exemple choisir de vous insulter publiquement. Ils peuvent entrer dans une colère noire au moindre commentaire qu’ils perçoivent comme une insulte, et cela même si personne d’autre à part lui ne le perçoit de cette façon.

Mettez des barrières. Vous ne pourrez pas empêcher un pervers narcissique de dépasser les limites, mais vous pourrez contrôler ou arrêter certains de ses comportements pour un moment. C’est également important pour votre estime de vous. Faites-le en privé, et ce même si vous avez été insulté en public. N’entrez pas dans le jeu du manipulateur et restez respectueux. Lorsque vous êtes en tête à tête avec lui, dites clairement quelle est la limite à ne pas franchir et focalisez-vous sur la solution plutôt que sur le problème. Assurez-vous de faire respecter au fil du temps les barrières que vous avez imposées et restez cohérent avec les limites que vous avez données.

Vous pouvez également demander de l’aide, de la part du supérieur hiérarchique du manipulateur en question, ou d’un médiateur par exemple. Un représentant des syndicats ou des ressources humaines pourrait également vous aider car il pourra poser des limites et indiquer les conséquences qui découleront d’une éventuelle violation du cadre donné. Vous devez choisir avec prudence l’approche qui sera la plus bénéfique pour vous. Vous pouvez également décider d’en mettre plusieurs en place en même temps.

12. Acceptez que vous ne pouvez pas le changer

Ce n’est pas que les pervers narcissiques ne changent jamais, mais même avec du coaching et du mentoring professionnel, c’est incroyablement rare. Il vaut mieux ne pas gaspiller vos énergies dans ce but. Acceptez que leur comportement est profondément enraciné.  

Les traits de personnalité des pervers narcissiques sont principalement définis au cours de leur enfance. Une personnalité narcissique peut se développer pour différentes raisons.

  • a) Selon certains auteurs, la cause est due à des questions d’ordre biologique présentes avant la naissance.
  • b) Pour d’autres, il s’agit d’un mécanisme de défense développé chez certains enfants abusés, pas sûr d’eux ou qui ont développé un attachement exagéré envers les figures parentales.
  • c) Une telle personnalité peut également se développer chez des personnes qui ont été excessivement gâtées au cours de leur enfance, auxquelles aucune limite ou responsabilité sociale n’a été imposée.

Il ne sert donc à rien de chercher à changer leur personnalité ou de se regarder dans le miroir. Apprenez à la place à le gérer grâce à de petites astuces qui vous aideront à avancer au quotidien.

13. Ne le prenez pas personnellement

Cela pourrait être incroyablement difficile, mais une fois que vous aurez accepté que ce n’est pas vous le problème mais que c’est bien votre patron, tout deviendra beaucoup plus simple pour vous. Lorsqu’il vous critique ou vous rabaisse, ne vous mettez pas sur la défensive car en réalité ses commentaires n’ont rien à voir avec vous. Résister à vos propres moyens de défense peut demander une grande force de votre part, mais vous pouvez le faire, surtout si vous vous dites «Il ne s’agit pas de moi» avant de parler. Il s’agit des insécurités que vit le pervers narcissique et de son manque d’habiletés sociales efficaces.

14. Ne vous laissez pas faire, vous ne serez jamais amis

Les pervers narcissiques n’ont aucune empathie, ils ne sont donc pas capables par définition d’entretenir une réelle amitié. Vous pourriez rapidement vous sentir trahi si vous pensez que vous êtes en train de devenir amis avec votre patron car vous découvrirez rapidement qu’il agit sans aucun respect par rapport à ce qui est important pour vous ou qui est dans votre intérêt. Si il est amical avec vous, c’est tout simplement parce qu’il veut obtenir quelque chose. Cela pourrait être votre attention, vos idées, votre énergie, votre soutien dans le service dans lequel vous travaillez ou tout autre chose qui peut l’aider à atteindre ses objectifs et à satisfaire son narcissisme.

15. Focalisez votre attention sur l’analyse des problèmes

Rappelez-vous que votre boss ne s’intéresse pas vraiment à comment vous vous sentez. Vous pouvez essayer de lui parler de vos émotions, mais souvenez-vous qu’il ne peut ressentir aucune empathie envers vous. Même s’il comprendra ce que vous dites, cela ne changera pas grand chose pour lui. Il vaut mieux vous focaliser sur l’analyse des problèmes et conflits afin de trouver des façons concrètes de les gérer. Puis fournissez à votre patron plusieurs options de solution qui soient toutes valables pour vous et laissez-lui le choix de décider laquelle adopter.

16. Laissez-lui prendre les décisions

Les pervers narcissiques pensent qu’ils connaissent et savent faire mieux que les autres. Ils sont besoin de garder le contrôle. Laissez donc votre supérieur hiérarchique manipulateur prendre les décisions. Présentez vos idées d’une manière qui le laisse penser que c’est lui qui prend les décisions. Comme je le disais, vous pouvez arriver à faire cela en lui offrant plusieurs options qui sont toutes valables pour vous tout en lui laissant prendre la décision.

17. Apprenez à prendre des coups

Les pervers narcissiques ne prennent aucune responsabilité pour ce qu’ils font de mauvais. Ils ne se sentent pas responsables de la mauvaise ambiance qu’ils crée dans le service qu’ils dirigent ni des mauvais résultats obtenus. Dans le service où je travaillais, un climat de tension et de suspicion s’était installé; un tel climat peut être un indicateur de la présence d’un pervers narcissique.

16. Renoncez à la compétition

Vous pourriez peut-être penser, comme je l’ai fait en en payant les conséquences, que de meilleurs résultats (plus de ventes ou quoi que se soit), preuves tangibles que vous êtes en train de faire un travail exceptionnel, motiveront votre chef à mieux vous traiter. FAUX. Rappelez-vous que les faits ne sont pas nécessairement convaincants pour un pervers narcissique. Pour votre boss, si vous êtes en train de faire du bon travail c’est parce que c’est lui qui vous l’a demandé ou qui vous a appris à bien travailler. Donc, à ses yeux, tout récompense devrait être pour lui. D’autre part, vous travaillez pour lui et, selon sa vision des choses, vous êtes son petit soldat, une extension de lui-même qui satisfait son narcissisme.

Laissez-moi savoir laquelle de ces stratégies vous avez utilisée et qui a eu les meilleurs résultats pour vous. 



55 Commentaires sur “Quoi faire si votre patron est un pervers narcissique

  1. Loic

    donc … il faut les laisser faire et ne rien dire quelques soient les consequences de leur comportement ?
    C’est un peu triste, ca veut dire qu’on ne peut que subir sans chercher a ameliorer la situation ?

    • Stefano

      Il faut certainement faire le maximum pour améliorer la situation. En revanche, cela doit se faire de façon subtile et sans être en opposition. Vous pouvez gagner si vous réutiliser contre votre patron ses mêmes manipulations :

      -Votre patron veut avoir raison et veut avoir le contrôle. Laissez-le donc prendre les décisions. La capacité que vous devez développer est de lui présenter de nombreuses options entre lesquelles il aura l’impression de choisir, chacune d’entre elles allant dans la direction où vous voulez aller.
      -Rappelez-vous que cette personne manque totalement d’empathie. Donc, c’est à vous d’exprimer ouvertement vos émotions quand vous vous sentez blessé par son comportement. Même si, sur le plan personnel, pour votre patron cela ne change rien (il s’en fiche), sur le plan professionnel, cela peut avoir un impact et l’obliger à modifier son comportement.

      Depuis combien de temps êtes-vous en contact avec ce manipulateur ?

  2. Japzun

    Superbe description de mon boss. Je suis cadre dirigeant et je retrouve toutes les caractéristiques de mon patron. J’ai déjà fait un burn-out l’an passé et il m’ignore et me dénigre actuellement alors que j’ai été au top de la gloire il n’y a pas si longtemps. Toutes les conversations sont tournées vers lui. Il ne demande jamais aucune nouvelle. Seule sa vie l’intéresse. Ma réponse, après avoir chercher diverses solutions : je me sauve de cette entreprise dès que je le peux !!!

  3. Capamadjian

    J’ai un patron qui correspond à ce que j’ai lu…là j’arrive à saturation il me dénigre sans cesse mais toujours derrière mon dos…4 ans que je me donne à fond pour lui mais là je n’y arrive plus…

  4. Yvon

    Félicitation pour cette description. Si simple à identifier quand on a les clés !

  5. nirisoa

    Merci pour cette article qui me donne de l’espoir à m’en sortir et aidera beaucoup d’autres je l’espère.
    Grace à cet article , je sais que nous ne serons jamais amies. Ce qui me parturbe avec mon chef narcissique pervers, c’est tantot elle se confie à moi et tantot elle m’humilie avec sa litanie de rabaissement : la liste peut dépasser une page dès que son image est menacée , elle le répète si souvent!

    J’ai déja vécu pire , avec 4 ans sous la supervision de cette femme jusqu’à m’isoler de mes collègues. Et elle le justifie par mon manque d’esprit d’Equipe. Il fut un temps ou je faisais l’effort que ces remarques ne m’atteigne, ie je me montre indifférente, mais ceci ravive sa colère. Ce n’était pas une bonne idée!
    J’ai appris également qu’il faut nourrir son égo par des flattements, et au moi , je suis à l’abri pendant quelques temps. Il fallait survivre!
    C’etait une collègue qui m’a ouvert les yeux que la façon dont elle me traite n’est pas normale? Elle m’a conscientisé à quel point j’ai changé en mal depuis qu’elle m’a supervisait. Elle m’a rappelé la personnalité que j’étais avant. Malheureusement c’est vrai!
    Mais je dois me relever et trouverai la meilleure stratégie pour m’en débarrasser☺!

    Merci encore et courage à tous!

  6. Dupont

    Bonjour,
    Merci pour cet article. C’est exactement mon chef. Tout lui est dû. Humiliation , manque de respect. Me rabaisse constamment. Etc….
    Par contre, il ne le fait qu’avec les femmes. Invité à déjeuner ses employées pour leur tirer les vers du nez.
    Il a un complexe de supériorité alors qu’il ne maîtrise pas ce qu’il dit. Arrogance, tout dans l’apparence. 6 mois puis que je suis dans cette entreprise…. Je n’en peux plus…. Ma chance c’est l’estime de moi même. Mon humour. Savoir qui je suis et le fait d’avoir détecter très tôt ce malade. Je pars dans trois semaines. Ma periode d’essai est par chance invalidée. Jamais ne n’es étais si ravie d’êchouee dans un taf. Bientôt la délivrance. J’ai l’impression d’être dans un film. C’est tellement fou, ubuesque.

  7. ilana

    tous les matins je lui dit bonjour avec un enorme sourire qui dure longtemps et tout de suite apres je le complimente sur sa chemise.
    “ohhh bonjour shay( sourireeee) comment ca va? jaime bcp votre chemise”.
    il me repond bien merci…
    il est etonne se demande quest ce quelle a? bien que la veille cetait tendu.
    eh bien il me lache direct et je me remet au travail.

  8. Yves Méthot

    Bonjour,

    Mon patron a mon âge, 55 ans. J’ai 32 ans d’expérience et il me talonne et de par la pression me fait faire des erreurs. Ensuite, il les amplifies en n’utilisant qu’une partie des faits. Comme je suis bipolaire (traité) et TDAH adulte avancé, il est facile de me déstabilisé. Ce qu’il ne peu pas comprendre, ces que je vois très bien sont petit jeu, je fait partie des gens qui on une partie des éléments dr la douance. J’ai de la clairvoyance. Je sais quand je suis devant un danger….Il me couvre d’éloge et après me dit que je suis mauvais, qu’il n’a pas confiance et m’averti qu’il me protège du grand patron. Puis il ajoute que si je n’avais pas été efficace dans le remplacement d’un collègue, donc qu’il m’aurait mis à la porte depuis longtemps.

    Wow…Narcissique appliquant de la microgestion. Il veut savoir de la part de la secrétaire de direction, qui elle nous demandes de l’aviser si ont quitte, de l’informer de tous nos faits et gestes.

    En fait, en 2008 un autre patron ailleurs m’a tranquillement pousser vers une dépression dite majeur qui a durée près d’un an.

    Difficile de trouver un emploi ailleurs en fin d carrière dans un milieu saturé et peu actif.

    Je voulais juste exprimer mes impressions, mis je crois bien que j’ai compris. Il m,interdit de parler au grand patron, qui est un ami, car comme je l’ai ai avisé récemment du problème (le grand patron), il me demande d end rien discuté avec lui ni avec les collègue. Autre caractéristique car c’est des tentatives d’isolement.

    Au Québec, je suis québécois, nous avons des lois qui protèges de l’agression psychologique, mais j’hésite car je pense que cela me faire perdre mon job.

    • Monique

      Comme je te comprend Yves!!! Je suis aussi bipolaire et toutes les choses négatives nous atteignent à la puissance 10 !!! Je bosse dans une asso où une animatrice s’est déclarée “chef”, elle en fout de moins en moins ( pour le même salaire) et quand je lui ai fait la réflexion, elle m’a envoyé un uppercut à l’estomac par une réflexion méchante. Comme je suis croyante, je prie pour avoir la force de continuer, sinon, je me mettrais en maladie et bye, bye!! Dieu pourvoira à un autre emploi pour moi même si j’ai 57 ans sans qualifications particulières. Bonne route à toi, bon courage!

  9. Cheel

    Je suis dans le même cas , Cela va si loin que j ai fait un burn out il y a deux mois de Cela . Arret 2 semaines .
    Elle se venge tout les jours . Contrôle mes mails , mes actions pro , me dénigre , insulte ma personne , me dit que je n ai rien d une professionnelle , bref tout pour tenter de me rabaisser et sentir combien elle a le pouvoir .
    Meme étant en vacance elle
    Me bombarde de mail tout les jours afin de contrôler mon travail , exige des reponses immédiate , décide à ma
    Place des Rdv clients .. Elle sème la zizanie , mélange les
    Plannings afin de me reprocher mon manque de professionnalisme .
    M’Insulte , est colérique et me menace de renvoi dès lors où je lui tient tête .
    Nous ne sommes que toutes les deux à gerer les salariés et clients .Elle est la gérante .
    Elle met des avertissements à tout va , n hésité pas à rabaisser devant les clients , les salariés ne sont pas respectés . Elle a fait rependre L idée auprès des salariés pendant mon absence que je lui causerai des problèmes afin que ses salariés la plaigne , Une situation de harcèlement quotidien .
    Me donne des tâches à faire qui ne sont pas dans ma fiche de poste afin d appuyer son argument de renvoi en faute grave …n hésité jamais à me dire qu elle est là chef hiérarchique et que je ne suis rien Qu une petite salarié ( je suis cadre )
    Auprès des clients elle n hésité pas à me faire porter la responsabilité de ses propres erreurs afin de se dedoûaner auprès d eux .
    Je dois apprendre à gérer mon stress à chaque fois .
    Un calvaire à vivre .
    Je pense choisir la fuite en trouvant ailleurs et tout autant porter plainte pour harcèlement morale
    Que me conseillez vous donc ?

    • bonne amie

      Bonjour,
      Vos témoignages me touchent beaucoup. Je voudrais vous partager quelques astuces pour vous protéger le temps de trouver une solution :
      – Ayez en tête dès qu’elle surgit ses crises que ce n’est pas vous le problème, c’est elle qui en a . Surement, vous avez des qualités qu’elle n’en a pas et elle veut les détruire en vous destabilisant. Son objectif c’est que vous perdiez confiance en vous. Alors prenez le recul d’analyser la situation quelles pouvaient être ces qualités. Surtout cultivez ces qualités!!! ne montrez pas des craintes ou attitudes de faiblesse devant elle à chaque menace (bien qu’au fond de vous , vous pouvez être destabilisée). Il faut cultiver ces qualités car vous en avez besoin pour votre futur. Vous n’allez pas rester sous son emprise eternellement. Vous ètes entrain de chercher une solution, donc ce n’est pas la peine de la laisser détruire vos atouts.
      Je sais ce que peut faire une telle personne, je suis mieux placée pour comprendre. Essayez de trouver d’autre centre d’intéret ex: club association ou autres … dans laquelle vous pouvez bien vous sentir, developper votre confiance en vous. Surtout n’hesitez pas à vous confier à des personnes de confiance en cas de besoin. Vous avez surement besoin de vider vos sacs!

      Je souhaite un bon courage § Ce qui ne tue pas rend fort!

      Que Dieu vous benisse

  10. barbara

    Bonjour,
    Super article, merci !
    J’ai lu beaucoup de forums, d’articles et de livres sur le sujet (Hirigoyen).
    Je vis ça avec mon patron actuel. Même si j’ai déjà connu une situation analogue dans un autre emploi et que je repère parfaitement ce qui se passe dans sa tête et dans ses actes, c’est dur à vivre.
    On ne peut rien faire pour se protéger totalement de ces cinglés, de leur perversion et de leurs mensonges. C’est pathologique, ils ont ça en eux et c’est ça qui les fait vivre.
    Composer, s’adapter, voire faire le dos rond et serrer les dents – mais à quel prix !! – et se vider la tête avec d’autres choses pour ne pas perdre son emploi … ou partir (pas vraiment envisageable pour moi : j’ai 55 ans et vit seule avec 3 enfants à charge) il n’y a pas d’autre alternative.
    Ma collègue (qui travaille avec lui depuis 20 ans) pense comme moi, me vide régulièrement son sac, me laisse croire que nous pouvons faire front toutes les deux (“nous devons nous protéger… voilà ce que tu dois faire pour te protéger… j’espère que ça t’a aidée ce que je t’ai dit”), puis retourne lâchement sa veste au moindre coup de gu… de l’autre.
    J’ai compris qu’elle était complètement sous emprise… Elle en souffre certainement mais il n’empêche qu’elle lui a vendu son âme et que c’est irréversible.
    C’est une honte la façon dont il lui parle. Il la tutoie, lui sort en public toutes sortes de réflexions et blagues obscènes, etc… et cette idiote ricane comme une bécasse à toutes ses c…
    Il ne se risque pas à faire ça avec moi, heureusement.
    … Et le comble c’est que ce PN est un avocat réputé qui défend tous les mois des dossiers de harcèlement aux Prud’hommes !!!
    Courage à toutes et tous !

  11. Maya

    Bonjour et merci beaucoup pour cette analyse.
    Je retrouve trait pour trait ma responsable hiérarchique.
    J’ai testé l’indifférence er les réponses brèves et factuelles (le contraire de ses façons) qui ont réussis à la faire sortir de ses gonds. Ce qui m’a valu des accusations que j’ai réfutées évidement… Je ne suis pas du genre à me laisser manipuler.
    Je trouve vraiment regrettable de passer une bonne partie de mon temps de travail à me protéger et à essayer de déjouer ses perversités.
    La lecture de votre article me donne envie d’en référer aux RH, histoire de me sentir soutenue.
    Je dois passer mon entretien professionnel et d’évaluation la semaine prochaine et je dois dire qu’il ne m’apporte rien de constructif mais c’est un passage obligatoire où je devrais supporter je que je nommerai “sa bêtise”.
    Je l’intention de demander à une personne de la RH de m’accompagner en tant que médiateur. Ce qui aura pour effet de calmer ses ardeurs déplacées.
    Je dois dire que cela fini par être épuisant de travailler dans la possibilité d’une attaque, d’une mesquinerie et toute autre bassesse même en appliquant une subtile défense.
    Encore merci.

  12. Lea

    Bonjour,

    Voilà 10 ans maintenant que je travaille avec un patron narcissique ! Oui c’est possible et sans perdre ma joie de vivre. Le tout c’est de rester le plus hermétique et perméable à ce genre d’individu ! Après 6 mois de boîte, j’ai remarqué qu’il mentait et essayait de me déstabiliser. Mais j’ai eu la chance de “tomber” sur un livre qui m’a sauvée ; en voici le titre : ” Les manipulateurs sont parmi nous “. Voilà pourquoi cela fait si longtemps que j’arrive à la supporter. Mais tout à une fin et la guerre est désormais déclarée (en douce) bien sûr, tout en hypocrisie, comme lui quand il me demande si j’ai passé de bonnes vacances !! Le faux entretien individuel qui a ressemblé à un entretien préalable à un licenciement ne laisse aucun doute quand à mon avenir. Alors, je prépare tranquillement un dossier contre lui. Témoignages d’anciens collègues, j’en suis à 7 et espère 11 ! Mais cela ne me suffit pas. Car malgré ma soi-disant légendaire indifférence, je me ferait un plaisir de le voir mis plus bas que terre devant un tribunal ! Hé non, vivre avec un pervers ne peut être si facile et dénué de conséquences. OUI, il faut fuir surtout si vous ne pouvez les supporter sinon ils vous détruiront ! Allez, tous au karaté salvateur et autres sports ! Fuyons, fuyons ! Porter plainte ? Hum, malgré tous les témoignages rassemblés, je doute encore de pouvoir prouver le harcèlement. Les collègues encore en place ont peur et le patron est malin. Mais ne dit-on pas “même les singes tombent des arbres ?”
    COURAGE à tous ceux qui subissent, et suite au prochain épisode !!!

    • barbara

      Bonjour,
      Un point très intéressant concernant les PN au travail c’est de savoir : que se passe-t-il si, au lieu de fuir, la “victime” attaque ? Que donne une procédure judiciaire ? La “victime” et son avocat arrivent-ils à exposer un dossier qui tienne la route face aux pratiques tordues du PN et de son avocat ? Le PN est-il condamné à réparation par le juge et dans quelle mesure ? Ou bien là encore arrive-t-il à faire illusion et passer entre les mailles du filet ? Voilà pour moi l’ultime question : un PN s’en sort-il toujours !?

  13. Martin

    Une excellente stratégie que j’ai trouvée avec mon patron imbu de lui-même est simplement de l’ignorer.

    Je fais bien mon travail, il n’a donc pas un mot à dire et ne peut rien contre moi, mais de se sentir ignoré le sors littéralement de ses gonds!

    Attention aussi à son acolyte qui sera ses yeux et tentera de mimer les mêmes comportements en pensant avoir la bénédiction du narcissique…

  14. Lili

    Mon chef est un PN, et je confirme qu’il n’y a rien à faire. Je bosse dans une grosse boite réputée et je ne suis pas du genre à me laisser faire, je suis donc allée aux RH, comme d’autres avant moi. Comme tout le monde se plaignait, le mec a eu le droit à un coaching, mais au final il reste en place car son management le soutien. Ce connard manipule tout le monde, il casse tous les gens qu’il manage, il les empêche d’évoluer. C’est un vrai cauchemar sur pattes.
    Malheureusement, j’ai remarqué que ce genre de profil est courant dans les grosses boites. Je trouve ironique de faire de hautes etudes pour se retrouver à passer 9 heures par jour avec des timbrés ! Je commence à me dire que j’aurais du faire infirmier psy 🙂

    • lajax

      bonjour a tous,
      je suis heureuse de tomber sur ce blog et de voir que mon cas n’est pas isolé.
      Cela fait plus de 10 ans que je travaille avec un directeur pervers, manipulateur, menteur, narcissique…et j’en passe ! Il y a 5 mois j’ai craqué, physiquement et moralement. Il a réussi à monter contre moi le grand patron( avec qui pourtant ça se passait plutot bien) ainsi que la femme de ce dernier (avec qui j’entretenais une excellente relation).
      12 ans que je tiens le coup, dans une une relation professionnelle en dents de scie, une fois c’est le pote qui va se confier l’autre fois il te casse(devant les clients parfois) comme une moins que rien, il te fait assumer les conséquences de ses propres erreurs, il triche et ment tout en te faisant passer pour une incapable, il trafique les résultats pour que les employés n’aient pas de prime…j’ose meme pas imaginer ce qu’il a pu raconter aux grands patrons en mon abscence ( cela fait 5 mois que je suis arretée pour dépression) et je dois reprendre le travail ce soir….. quelques mois avant mon arret il m’a menacé de tout faire pour m’empecher d’obtenir quoi que ce soit ” crois moi tu ne sais pas ce dont je suis capable!”
      je ne sais pas comment va se passer mon retour , effectivement on ne peut pas changer les gens donc je vais activement chercher un autre emploie mais en attendant j’aimerais avoir le courage de ne pas baisser la tete……
      bon courage à tous

      • kelsoulagementdepuvoirsatetedecul

        Bonjour lajax. J’ai vécu la EXACTEMENT la même chose que vous ! Ils ont vraiment tous le même schéma mental.
        J’ai fini par partir pour en être débarrassé. Il a gagné en quelques sorte. Mais j’ai appris plus tard qu’il a fini par être hors jeu lui même : a force de tout détruire, il n’y avait plus rien a casser et des responsables avaient fini par piger son petit manège. Résultat il a fini par mettre les voiles pour foutre sa merde ailleurs. (par dépit je pense !) J’ai su plus tard, que je n’étais pas le seul, qu’il a harcelé, insulté bon nombre de mes anciens collègues. Nombreux ceux qui sont partis par sa faute et les clients perdus ou sabotés volontairement pour nous insulter / humilier et se présenter en sauveur, j’en parle même pas. J’ai gardé contact avec nombre de mes anciens collègues, son nom revenu chaque fois ! chaque fois c’était lui la raison du départ des gens. Ce qui me console, c’est qu’il s’est fait une sacré réputation oû il a sévit (anciens collaborateurs, clients, entreprise tiers), il ne vaut mieux pas qu’il repointe le bout de son nez, il sera bien reçu sinon ! Depuis, si j’ai l’occasion de révélé sa vrai nature a des gens qui n’avait pas ouvert les yeux sur lui, je le fais en étant factuel car j’ai conservé des traces de son acharnement. J’entretiens sa réputation pour pas que cet ordure ne revienne de si tôt. En tout cas, je vais vraiment mieux depuis que je ne vois plus mais je garde une haine féroce envers lui. Si j’ai l’occasion de lui nuire, je le ferais, sans hésiter et sans remords. Hé oui mon coco, la loi du talion, fallait pas me faire chier ! Bon courage à vous.

    • magali

      trop bien
      je vais essayer ça
      mon bosse est un pervers..je l’ai repéré tout de suite…
      j’adore tout les commentaires…
      merci a tous pour vos commentaires…on ne se s’en pas seul…

  15. Rémi

    Bonjour,
    Je retrouve mon supérieur dans cet article et dans tous les témoignages.
    Aujourd’hui en arrêt maladie suite à son harcèlement depuis près de 2 ans, je construis une stratégie pour essayer de changer de poste dans la même entreprise. Et ne pas perdre mon travail. Pour ce faire, je suis obligé d’apporter des éléments factuels à la hiérarchie de “mon” PN. Je me rends compte que c’est très compliqué, car beaucoup de mes collègues ont peur et/ou n’ont pas intérêt à témoigner. D’autre part, il y a peu de traces écrites. Les faits sont tellement spectaculaires qu’ils sont difficiles à croire.
    J’ai réalisé en lisant l’article qu’effectivement il y a un grand risque à nuire à l’image de mon boss. Je m’attends à des représailles lourdes. J’essaie de blinder ma stratégie sur le plan professionnel, mais comme je suis absent du bureau je ne peux pas mettre fin aux mensonges qui doivent circuler à mon sujet. Par ailleurs, j’envisage de déposer une main courante à la police avant d’aller plus loin dans mes démarches. Car je crains de mettre ma famille en danger. Cette personne est vraiment folle et je ne sais pas jusqu’où cela peut aller.
    Si vous avez des conseils, je suis preneur…

    • barbara

      Bonjour,
      D’après ce que vous dites, ce PN est plus que diabolique, il est fou. Un pervers ne supporte pas d’être attaqué, et il peut mettre des années à préparer sa vengeance. Si vous l’attaquez, vous êtes “mort”. Alors un conseil, même si c’est contre votre amour propre et vos principes (ce que je comprends tout à fait) : laissez tomber, tournez la page, cherchez un autre emploi. Il faut vous vider la tête de cette personne qui va continuer à vous détruire : vous et par la même occasion vos proches. C’est très dur à admettre et totalement injuste quand on sait tout le mal que le PN fait, mais pourtant c’est comme ça : on ne peut rien contre lui. Au contraire il arrive à tout retourner : c’est vous qui allez devenir le harceleur, le “méchant”, l’ignoble manipulateur et lui qui va être la victime, et il mettra ainsi le juge dans sa poche. Il faut le sortir complètement de votre tête et ne plus y revenir.
      Je cherche des témoignages de personnes qui ont amené un employeur PN à la barre et qui ont gagné leur procès… je ne trouve pas.

    • lambda2base

      Je suis exactement dans le même cas de figure, après 10 années passées à résister, 8 avec son prédecesseur qui l’a mis en place. Sauf qu’il est puissance 10 et en 2 ans il a tourné tout le monde contre moi. Et là il vise à m’achever, malgré des enregistrements je n’ai quasiment aucune preuve. Sur le bassin où je travaille il connait tout le monde (très fort pour faire copain avec ceux qui peuvent avoir un intérêt pour lui). Il m’a dit en début d’année “tu es mort professionnellement”. Je commence à le croire.
      Est-ce que qq’un a réussi à en sortir sans trop de dègats ?

  16. LEA

    Merci beaucoup pour cette analyse.

    J’ai un directeur général qui est tout à fait un pervers narcissique.
    Il fait exactement pareil que ce que tout le monde décrit et ce que l’analyse dit.
    cela fait 7 ans que je le supporte mais depuis plus d’un an son comportement est de pire en pire. Heureusement ce n’est pas qu’avec moi.
    Je suis au CE de mon entreprise et nous sommes de plus en plus en conflit car des changements se sont produits dans l’entreprise où je suis.
    Je commence à ne plus pouvoir ses humeurs, sa mauvaise foi, sa méchanceté et j’en passe ….
    Je vais essayer de faire comme dit l’analyse mais je crois que le mieux c’est de partir très loin de ce genre d’individu et de ne plus avoir de contact avec.
    Je pense qu’il est tant que je cherche du travail ailleurs !!!

    Merci beaucoup à tous de vos commentaires très intéressant et instructifs.

  17. hautot

    Bonjour
    mon ex patron est comme ça. je suis licenciée depuis juin 2014 et j’ai gagné pour harcèlement sexuel aux prud’hommes en avril 2016 même si mon ex patron fait appel. Depuis mon licenciement abusif non reconnu pour 21 fautes en moins de 2 mois après 5 ans de longs et loyaux services, les prud’hommes n’ont pas reconnu que j’ai été licenciée parce que je n’ai pas cédé à ses avances mais pire j’ai osé me mettre en couple avec un mécanicien qui je le cite “n’est pas e la même image que lui, moins riche et moins cultivé. je mérite mieux et surtout moi”.
    Bref, pendant 2 ans j’ai vraiment vécu la relation avec mon directeur pervers narcissique. j’étais devenue sa chose, je n’arrivais plus à travailler car il me recentrai en permanence sur le sujet qui le mettait en avant : mon divorce. il ne cessait de m’interrompre tous les jours pour finalement se mettre en valeur à mes yeux et toujours je parvenais à l’écarter en lui en disant le moins possible mais la situation a dégénéré quand je me suis mise en couple et qu’il l’a su. Il n’a pas accepté qu’un autre parvienne à ses fins et non lui. En 2 ans, il m’envoyait près de 10 sms le soir jusqu’à des 22h et à partir de 6h même les week end, en vacances. il m’appelait son butterfly, il me souhaitait de bientôt le rejoindre dans ses rêves… bref malgré tout ça il est très difficile de montrer son côté harceleur et manipulateur. Aujourd’hui je travaille ailleurs même si il m’a mis beaucoup de bâtons dans les roues et que j’ai perdu plusieurs postes me conduisant à un chômage de plus d’1 an mais ce qui est pire c’est que maintenant il me harcèle judiciairement. Dès le lendemain de mon licenciement, il a porté plainte pour diffamation : non suivi par le procureur. La veille des prud’hommes, il m’a envoyé un huissier pour porter plainte pour complicité de faux témoignages : gain de cause pour lui mais je fais appel car la présidente du tribunal et lui se connaissait à l’extérieur, il a aussi porté plainte pour faux, usages de faus et escroqueries : non suivi par le procureur. Aujourd’hui, je suis appelée par les gendarmes d’une autre gendarmerie encore pour plainte mais je ne sais pas de quoi. Avec tout ceci, pour défendre mes droits, j’en suis à 10000€ de frais? Rechutée en dépression, je dois quitter mon emploi actuel durant 3 semaines car j’ai fait un très mauvais geste que je regrette aujourd’hui pour mon fils mais je suis désemparée.
    Que faire contre un homme qui a des moyens illimités car il finance ses plaintes et ses appels par les fonds de la société et n’a donc pas de limite? comment faire comprendre à la justice qu’il abuse, qu’il me harcèle et qu’il bouche les tribunaux. je ne suis pas la seule victime car il fait pareil avec un autre collègue. comment ça se fait que la justice ne voit pas que c’est toujours le même plaignant pour des plaintes étalées dans le temps et toujours supplémentaires????
    je vais bientôt être en surendettement rien que pour me défendre et il le sait bien. il veut m’achever et que faire? mon avocate me dit d’attendre mais il a jusqu’à septembre 2017 pour multiplier les procédures et me faire vendre ma maison.
    pouvez vous me donner des conseils pour que ça cesse? qu’il me lache ? qu’il cesse son acharnement. y a t il un moyen de rendre compte à la justice de ses faits et gestes car j’ai l’impression que les juges ne prennent pas la mesure de ses actes, de ses paroles et de ses conséquences? j’ai fait un burn out avec un accident vasculaire fémoral 1 semaine avant mon licenciement tellement il me harcelait pour faire une rupture conventionnelle, j’ai eu 3 semaines de cure de sommeil, je suis toujours en thérapie avec psychiatre et psychologue. On a beau tout donner, la justice semble corrompue et faite pour que ça dure jusqu’à mon épuisement total. Y a t il une asso qui pourrait me consseiller sur la marche à suivre?? j’ai lu des article sur le pervers narcissique de geneviève schmidt et ça fait peur car ils ont l’air de pouvoir évoluer en tout opportunité grâce à leur réseau d’influence et leur argent. Merci beaucoup pour vos aides très demandées et urgentes.

  18. Edouard

    Bravo pour votre article… je le vis tous les jours et je retrouve dans votre article toutes les traces des comportements et des actes de mon responsable.
    Ce qui me désole, c’est que les gens passionnés et dévoués dans leur boulot… payent les frais cher…. très cher. C’est ma 2ème expérience professionnel sous les ordres! d’un pervers… j’en suis plus conscient. Donc je ne prends rien au sérieux pour ne pas me sentir visé mais c’est dur quand on fait un bon travail… on arrive plus à placer le curseur sur le bilan de nos efforts.

  19. brigitte

    bonjour, merci pour le précieux conseil “le problème ce n’est pas moi, c’est lui”…
    je suis sur ce forum pour comprendre et effectivement c’est terrifiant ! fuir est la seule solution devant ces individus narcissiques et droits dans leurs bottes alors qu’ils sont en proie à des doutes terrifiants ! Souffler le chaud et le froid en permanence, ne jamais appliquer ce qu’ils disent, se vanter en permanence sans avoir prouver quoique ce soit, prendre les réussites des autres à leur compte, semer la zizanie, protéger ceux qui leur servent, utiliser l’ignorance des uns pour se dorer le costume !!!! Je vis cela et j’ai décidé de quitter l’entreprise avant de me détruire mais en attendant je cherche des solutions pour patienter….parfois j’ai envie d’éclater de rire devant son cinéma si je pouvais me le permettre ….je lui exploserai de rire à la figure tellement il est pathétique mais je n’ai pas encore gagné au loto ….ah j’ai oublié le pire c’est qu’il sait se faire passer pour le meilleur devant sa hiérarchie ! INCROYABLE !!!

  20. Yal

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui m’apporte beaucoup de clefs et que j’ai lu avec beaucoup d’intérêt ainsi que vos commentaires. Je suis toutefois déçu de lire que pour se débarrasser complètement de ce superieur manipulateur, c’est à nous de partir.
    Pourquoi serait-ce a nous de quitter la boîte alors que c’est lui le fautif, lui qui fait du tort à tout le monde ? N’y a-t-il pas un moyen de le faire partir lui ? Un recours juridique ?
    Je pense que la majorité des personnes dans mon agence (qu’un patron manipulateur dirige, vous l’aurez compris) souffre de son comportement.
    Autre question, comment aider mes collègues qui sont sous son emprise et en souffrent ? Même s’ils ont connaissance de ses agissements (mensonge, mépris, dénigrement, culpabilisation,…) et s’en plaignent, je n’ai pas le sentiment qu’ils aient réellement conscience du fait qu’il manipule volontairement les gens dans son propre intérêt. De ce fait, certains culpabilisent, perdent toute confiance en eux et peuvent parfois être très affectés. Je suis passée par là aussi et n’en suis pas complètement sortie, mais au moins, je sais a qui j’ai à faire, cela m’aide à relativiser.
    Merci pour vos retours !

  21. karlisia

    J’ai subi aussi le pervers narcissique type dans l’administration.
    Cet ingénieur de la “vieille école ” comme aime a le dire la collectivité territoriale est manipulateur et toxique. J’ai déposé plainte appuyé par un dossier circonstancié, une dizaine de témoignages et un autre collègue a aussi porté plainte car lui a fait un brun out. De mon côté j’ai une pathologie qui ne m’empêche pas de travailler mais qui occasionne des absences pour arrêt maladie. Il a essayé de me faire passer pour incompétente malgré des retours d’évaluations ou j’étais “compétente et appliquée “… Bref il est devenu vraiment infecte après mon congé maternité avec des reproches et des piques incessants visant a me rabaisser… comme il sait le faire et a procédé avec tant d’autres collègues…
    Mais lui se fait désormais passer pour une victime, un pauvre mouton noir comme il le dit, sauf que le déni est a la hauteur du sadisme qu’il a exercé auprès de nombreux agents pour assouvir son pouvoir personnel.
    J’attends le jugement devant le tribunal correctionnel car il faut arrêter de couvrir ces personnages manipulateurs. Courage a ceux qui subissent et battez vous, il faut se préserver avant tout mais également défendre ses droits !

  22. Emy

    Que fais-on lorsque ça va jusqu’au harcèlement sexuel!? C’est plus la même game. J’ai fait comme si ça me faisait ni chaud ni froid et je lui ai dis Non ! MaiS c’est quand même dangereux la flatterie ….

  23. France

    la vérité par l’humiliation jusqu’à que votre patron aille lui même en maladie.
    Le pervers narcissique est seul, ces cibles sont plusieurs… il faut avoir du courage mais l’union fait la force et les traitres se feront lincher par vos soins, même individuellement.
    Pensez au bien collectif avant tout car le patron divise et affaibli pour mieux regner (l’art de la guerre, oui vous êtes en guerre)

  24. king

    Bonjour,
    J’ai été la cible d’un N+2 pervers narcissique sur 4 ans. J’ai mit 2 ans à m’en rendre compte et après avoir déterminé une stratégie ce fut une grosse guerre froide les 2 années suivante. Ma stratégie fut vraiment à l’inverse de ce qui est écrit sur cet article. Repérer dans un premier temps tout les “moutons” qui sont sous sa coupe et analyser de manière analytique leurs actions à mon égards. Vous vous rendrez vite compte qu’ils sont radio commandé par le PN pour un but précis : souvent pour vous dénigrer, vous faire perdre confiance en vous, vous rabaissez etc.. Donc pour ma part il faut agir en conséquence , c’est à dire de manière très détaché et afficher un résultat à l’inverse de celui escompté. Je sais que cela a torturé ma N+1 qui était un de ces moutons, car elle était souvent dans des missions qu’elle n’a jamais pu accomplir… Après je ne pleurerais pas sur son sort ! Ou bien se servir de ces moutons pour envoyer des messages ou des informations (des fois fausses!) au manipulateur. Le PN n’aiment pas la critique direct donc le fait de le faire par derrière sachant que ce sera répété ça marche mieux! Il faut aussi repérer les autres victimes et s’en faire des alliées. A ma grande surprise en échangeant avec l’autre victime j’ai découvert qu’il était parfaitement lui aussi au courant de la situation. Échanger à se sujet sa libère beaucoup. Enfin repérer les autres collègues qui ont une force de caractère suffisante pour être difficilement manipulable, et étendre votre influence positive sur eux par le travail collaboratif. Ainsi les mensonges du PN à votre égards le rendra non crédible. Après trouver une innovation du siècle et en faire part directement à des membres hiérarchiquement bien au-dessus de lui pour le mettre en défaut et lui faire de l’ombre. Croyez moi, ce genre d’attaque lui fera beaucoup plus de mal qu’une insulte en direct à son égard. C’est ce qui m’a beaucoup réconforter aussi! Toutes les fois ou je pouvais le mettre en défaut devant d’autres directeur, je le faisait et avec un grand plaisir, en effet je maîtrisais mon activité et à des moments opportun je sortais les gros dossiers sensibles avec mes propositions et objectifs déterminés (j’étais sur de mes coups à chaque fois et tous les résultats ont suivi!).
    Au quotidien ce n’était pas facile non plus car j’avais tous les autres managers sur mon dos et je devais être constamment sur mes gardes ce qui est à la longue épuisant (sans compter ma propre équipe à gérer avec les plaisirs qui vont avec…). Allez le PN est désormais à la retraite et aujourd’hui je repère très facilement les PN et sait mieux agir en conséquence (soit j’ai pas de chance ou soit il y en a plus qu’on ne le croit). Allez bon courage à toutes et à tous!

    • king

      J’oubliais, pendant les 2 ans ou je ne savais pas que j’étais sa cible, j’en ai vraiment bavé…
      J’essayais de faire au mieux pour remonter dans son estime et à 2 reprises je suis passé par des gros moments de déprimes, ce qui a même joué sur le plan personnel (période de très grosses colères). Je me suis beaucoup posé de questions lors de ma 2ème déprime et analysé la situation : j’ai compris que quoi que je fasses, je resterai toujours “le moins que rien de mon agence”.
      C’est à partir de ce moment la que j’ai commencé à relativiser et à définir ma stratégie.
      J’avais entamé plusieurs démarches pour quitter mon agence.
      Cependant l’autre PN est parti en retraite avant….
      Pendant les 2 années de guerre froide ce fut le jeu du chat et de la souris…
      J’avais comme objectif de le mettre en défaut dès que je pouvais, et toutes les victoires que j’ai pu avoir contre lui et sa clique m’ont apporté de grosses satisfaction.
      Le jour ou il a annoncé son départ çà m’a fait un grand vide.
      C’est bizarre mais la plupart des actions que je réalisais au quotidien était dirigé soit pour me défendre ou soit pour l’attaquer.
      Cette expérience m’a rendu plus fort et motivé pour organiser ma reconversion professionnel. Démarche que je n’aurais sans doute pas réalisé en temps normal.
      Être la cible de ce PN a été plutôt bénéfique pour moi car sous peu je vais intégrer une formation de 11 mois pour changer de métier dans un domaine qui m’affectionne particulièrement.
      J’ai lu tous vos témoignages et je me retrouve beaucoup dans ce que vous avais écrit.
      Il n’y a pas de fatalité, on peut toujours se servir de ces mauvaises expériences pour grandir, être plus fort.
      Allez bon courages à toutes et à tous.

  25. PAREIN

    En ce qui me concerne je l’ai renvoyé à ses contradictions! J’ai rappelé pourquoi on était là et que ce comportement ne correspondait pas aux attentes de l’entreprise sur la base de bilans étayés. Plusieurs mois de conflits mais il était hors de question que ce soit un tabou j’ai également dénoncé ce silence. J’ai remis au cœur des débats et des échanges ce pourquoi on était là le travail les objectifs les indicateurs car le manipulateur une fois attaqué se défend sur la base de ses propres émotions etant donne son mal être en l’absence de soumission. Et c’est ainsi qu’il se décrédibilise. Le PN trop égocentrique ne sait pas parler objectif/ bilan / travail en tout cas et pour ma part c’était un incompétent j’ai donc identifié cette faille et je m’y suis engouffrée en mobilisant tous les moyens officiels de la structure. Désormais, il est identifié comme nuisible par toute l’organisation maintenant c’est à mon tour de savourer même si j’ai du être mutee provisoirement.

  26. Jamie

    Bonjour, j’ai un patron pervers narcissique et j’ai suivi vos conseils depuis plusieurs moi alors que je voulais démissionner. Je m’en suis sorti en attendant la date de son départ à la retraite. Il part dans 15 jours et est remplacé par un patron “normal”. Je revis… merci encore pour les excellents conseils de l’attitude à adopter.

    • Stefano

      Merci à vous et j’attends de vos nouvelles.

      • Jamie

        Quelques mois après son départ, la cicatrice ne s’est pas complètement refermée pour moi et les autres victimes de cet ex-patron pervers narcissique. L’entreprise du mal à redémarre avec un nouveau patron “normal”. Je me demande encore si changer complètement de contexte ne serait finalement pas la seule solution. Mais la vie a changée du tout au tout. Dialogue, transparence, expression, relations “normales”. Le paradis après l’enfer !!!

  27. marmotte

    Bonsoir
    C’est tout à fait la description de ma patronne
    Cela fait 2 ans que je travaille avec elle. Les 9 premiers mois ont été merveilleux ! Elle exerçait un management de proximité , très proche de son équipe. Elle me complimentait régulièrement, m’encourageait, disait que j’étais son bras droit et son bras gauche.
    On faisait des afters !La belle vie
    Et puis en juillet 2016 tout a basculé, il faut dire que mon collègue avait des difficultés et le 04 juillet 2016 lors de notre bilatérale , elle a réduit en poussière mon collègue l’a mis plus bas que par terre ! J’ai été profondément choquée et depuis ce jour tout a changé
    Mon collègue a été en maladie d’aout 2016 à février 2017 et bien évidemment n’est pas revenu travailler dans notre agence. Un nouveau collègue est arrivé et cela ne faisait qu’une semaine qu’il était présent qu’elle a poursuivi ses manœuvres de destruction
    Tous les lundis, pendant presque 2h on se fait traiter (blaireaux, etc…)que nous n’avons pas l’adhésion de notre équipe, dès que quelque chose ne va pas c’est de notre faute, par contre quand les résultats sont au RDV c’est grâce à elle
    Depuis le début de l’année nos résultats sont mitigés Bien évidemment c’est de notre faute Elle se protège auprès de son patron, mon N+2, en faisant bien remarquer que c’est de notre faute . Lundi elle nous a demandé de faire du management personnalisé Alors que elle ne le pratique absolument pas Perso cela me fait bien rire. Maintenant je ne vois qu’une issue c’est de partir car je ne vois pas comment m’en sortir Votre article me fait le plus grand bien car je me triturais encore l’esprit quant à elle, j’espérais encore du soutien mais je n’ai vraiment rien à attendre d’elle

  28. Leonie

    J’ai fait les frais de 3 patrons pervers narcissiques dont 2 au même moment (2 associés).
    Dans les 3 cas, lorsqu’ils ont vu que je ne me laissais pas faire ils ont essayé de me pousser à la démission. Dans le premier cas (un CDI) la PN ne voulait pas de rupture conventionnelle. Cela aurait été trop facile pour moi! Donc j’ai tout fait pour la pousser à bout, je me suis transformée en petit monstre: Elle était complexée par son niveau d’études: je reprenais ses fautes de français. Elle se plaignait qu’elle n’avait pas d’amis, qu’elle était malheureuse en amour: j’étalais mon bonheur devant elle. Elle me prenait pour sa bonniche: je lui ai fait honte en lui montrant les belles traces de m… laissées après son passage aux toilettes ( Moi: “je ne sais pas qui est-ce qui a encore laissé des traces mais c’est dégueulasse et irrespectueux!!”)… J’ai même réussi à la faire pleurer. Pas si facile lorsqu’on est quelqu’un de très gentil mais lorsque je commençais à avoir pitié d’elle je me remémorais toutes les humiliations subies. Elle a fini par céder! Peu après cette expérience et à bout de nerfs j’ai postulé chez PN n°2 (que je connaissais déjà) et son associé PN n°3. PN n°2 me propose un poste de responsable. PN n°3 ne peut pas me saquer et décide de me pousser à bout avec l’aval de PN n°2 qui a compris que je n’étais pas cette petite chose fragile et maniable qui était prête à tout pour garder son boulot (genre les insultes et les coups de fils à 9 heures du soir pour retourner au travail car un stagiaire a mal fait son boulot). J’étais en CDD donc impossible de démissionner, j’aurais été en tort et je perdais mes ASSEDICS. Donc s’en suit un jeu du chat et de la souris: Ils me demandent de nettoyer les toilettes: Je fais tomber le portable de service dedans, (oups) ils me demandent de revenir un jour férié: Je plante le véhicule de fonction dans un champs et je les appelle à midi pour qu’ils viennent me chercher. Ils me rétrogradent de mes fonctions de responsable: Je leur téléphone à pas d’heure pour un oui ou pour un non. Ils me traitent de nulle, je fais exprès de faire sonner l’alarme (reliée à leurs portables) tôt le matin. Ils me font porter des charges beaucoup trop lourdes: Je fais tout tomber ; etc… A chaque fois je faisais mes yeux de biche, je m’excusais genre “oups j’ai encore fait ma blonde”! (oui je suis réellement blonde) Ils m’espionnent et vont jusqu’à fouiller dans mon sac à main mais ne trouvent rien pour me licencier pour faute lourde! Ils commencent à avoir peur de moi et comprennent que je ne craquerais pas donc ils finissent par me proposer une rupture de CDD à l’amiable en cochant la case rupture d’un commun accord (attention de ne pas cocher à l’initiative de l’employé sinon pas d’Assedics). L’un d’entre eux m’a même dit: “Je n’ai jamais eu autant d’emm… avec une employée ( j’ai jubilé!!). Avec les 3 PN, je suis toujours restée très calme, pas d’insultes, pas de cris et je n’ai jamais fait payer le client pour mon malheur. Je ne me laissais pas faire lorsqu’ils me criaient dessus et je quittais la pièce (cela ne fonctionnait pas à tous les coups, le plus hargneux d’entre eux me suivait partout en vociférant pendant 20 minutes). Je ne me suis pas négligée, au contraire je me faisais de plus en plus belle histoire de les déstabiliser, moi qui ne portais jamais de robes ni de talons au boulot, je me suis mise à en porter. Je suis restée professionnelle jusqu’au bout ainsi, à part dire que je suis conne et nulle, ils n’ont rien à me reprocher et les clients gardent une bonne image de moi et ne se gênent pas (je l’ai su après) pour leur dire à quel point j’étais bien et qu’ils me regrettaient. J’ai mis du temps à m’en remettre et je garde un sentiment de honte. Je sais que ces trois personnes sont malheureuses, l’une est une nymphomane pathologique (pas juste une fille qui s’amuse), l’autre est un mythomane qui a des TOCS et a déjà fait une tentative de suicide et le troisième souffre de gros complexes d’infériorité. 2 sur 3 n’ont pas d’amis, ni de relations amoureuses stables. Les PN ne se repèrent pas toujours tout de suite. Je connaissais déjà PN N°2 avant mon embauche, j’étais amie avec sa femme et nous avons des amis en commun. Aujourd’hui il demande de mes nouvelles à mes amis et dit regretter ce qu’il s’est passé!! J’ai coupé les ponts avec sa femme et elle connait toute la vérité. J’ai attiré PN2 et PN3 car j’ai postulé chez eux à un moment où je n’étais pas bien, j’ai montré un signe de faiblesse et ils pensaient pouvoir profiter de cette faille, j’ai donné l’image d’une petite fille fragile alors qu’en réalité se cachait une femme forte. J’espère que ce témoignage pourra vous aider, bon courage à tous!

  29. Matthieu

    Merci beaucoup pour cet excellent article. Vous avez très exactement décrit mon manager. Même les raisons pour lesquelles il est comme ça (un père admiré, mais avec une personnalité écrasante), tout coincide.
    J’utisais intuitivement certaines de vos stratégies et je suis aussi un adepte du transurfing, qui enseigne a prendre la position de l’observateur face à un conflit par exemple, mais la precision de votre article m’a beaucoup aider à prendre conscience du “phénomène”.
    Merci à nouveau. J’ai essayé de m’inscrire à votre newsletter, mais ça ne marche pas.

    • Stefano

      Merci Mathieu je suis en train de travailler pour faire démarrer une nouvelle newsletter afin d’avoir un impact positif plus grand par rapport à ce sujet

  30. Mina

    Bonjour,

    Je ne sais pas si j’ai ma place dans ce forum étant une jeune apprentie de 21 ans, mais je dois vous avouer que j’ai bel et bien reconnu mon patron dans cet article.
    J’ai toujours eu un manque énorme de confiance en moi, ce qui fait sans doute que je suis une proie plus facile. Et ce qui explique pourquoi il n’y a qu’avec moi qu’il est comme ça.
    Il me pousse à bout, me menace de me virer ou de ne plus me payer. Il me donne toujours ma paye en retard ce qui fait que je suis toujours embêtée financièrement, ayant un petit salaire d’apprentie mais avec beaucoup de facture car totalement indépendante.
    De plus je fais beaucoup de trajet (je travaille dans la vente) mais je ne suis pas indemnisée sur l’essence.
    Il me demande de gérer deux activités à la fois quand les autres n’en ont qu’une, et en ayant les mêmes objectifs élevés que les autres sur chacune des activités. Il me demande aussi de gérer ses dossiers et me reproche mon manque de rapidité quand l’un des dossiers n’aboutit pas par manque de temps.
    Etant en alternance je dois aussi gérer le boulot donné par l’école, surtout que nous sommes en pleine période d’examen. Mais c’est difficile car d’après mon patron je ne dois pas bosser mes cours, le diplôme est donnée et n’a aucune importance. Il me fait donc travailler les soirs pendant mes semaines de cours et m’envoie aussi des mails PENDANT les cours en me demandant de les traiter à la minute.
    Je suis à 40h-45h par semaine car je dois aussi travailler le samedi (je suis la seule à travailler ce jour là, pour eux ça reste exceptionnel) mais évidemment toujours avec le même salaire d’apprentie sur une base de 35h.
    Il est sans cesse sur mon dos à me demander ce que je fais même à des heures ou je ne suis absolument pas censée travailler. J’ai une pression monstre, il me convoque deux fois par semaine pour “faire le point” et me rappeler que mes chiffres sont très mauvais et que mon alternance lui coûte cher, qu’il m’a fait “une fleur” en m’embauchant et que je dois être plus rentable afin de rembourser mon contrat.
    Je me suis permise à plusieurs reprise de lui souligner que je n’étais qu’une apprentie, et que j’avais besoin d’être formée (il m’a laissé en autonomie 15 jours après le début du contrat) mais selon lui c’est un métier ultra simple et il n’y a rien de plus à apprendre. Que je suis censée savoir faire.
    Je vis un véritable calvaire, mais je ne peux rien faire car si je quitte l’entreprise il me faudra trouver autre chose pour pouvoir finir mon année et passer mon diplôme.
    Et quand bien même l’école accepterait de me faire passer le diplôme sans entreprise, j’aurai quand même besoin de trouver un travail pour payer mes factures et ne pas me retrouver à la rue.
    En résumé on peut dire que je vis une mauvaise période. Et qu’il est de plus en plus dur pour moi de me lever le matin.

    Vive les pervers narcissiques… *soupir*

  31. Moi

    Enregistrez tous vous entretiens professionnels. Pris individuellement, ils ne reveleront rien…mais leurs sommes demontreront les mecanismes subtils des pervers narcissiques.
    Faites comprendre par allusions, que vous etes susceptibles d enregistrer tous leurs propos….. vous allez etre etonné!

  32. Moi

    Enregistrez tous vos entretiens professionnels. Pris individuellement, ils ne reveleront rien…mais leurs sommes demontreront les mecanismes subtils des pervers narcissiques.
    Faites comprendre par allusions, que vous etes susceptibles d enregistrer tous leurs propos….. vous allez etre etonné!

  33. Josée Dumont

    Merci pour ce beau résumé. C’est mon patron en peinture!!! Cela explique pourquoi je suis en arrêt de travail, épuisée et souffrant d’insomnie chronique. En retour progressif de mon congé de maladie, je suis en recherche active d’un nouvel emploi pour quitter pas cette belle entreprise avec des employés extraordinaires mais ce pervers narcissique de patron qui m’a assez pourrit la vie.!!!

  34. Anonyme

    Pour ma part, je travailles dans une petite entreprise, une boutique familiale qui fonctionne plutôt bien mais qui est gérée par une famille dysfonctionelle. Ma patronne se retrouve exactement dans la description d’un pervers narcissique.
    Mais elle a toujours été “démasquée”. J’ai des collègues merveilleux et nous savons tous comment elle est et nous nous supportons entre nous. Nous faisons semblant d’être son amie, mais personne ne l’aime. Cela fait 4 ans que je travailles a cet endroit et malgré quelques frustrations, je crois que cela m’a permit de fixer mes limites, et d’acquérir une meilleure confiance et estime, aussi bizarrement que cela paraisse, je peux dire que ça m’a forgé le caractère !

  35. Sun

    Un seul conseil barrez vous et très vite une fois que le masque est tombait son côté sadique pervers dénigrant envahissant insultant difamant calomniant il ou elle ne s’arrêtera plus avant c’était du pipo pour vous cerner et instaurer un climat de confiance faire croire à une relation…
    il y en a partout j’en rencontre au travail au niveau amical sentimental !
    Vous avez 3 solutions essayer de le faire virer si la direction n’est pas avec vous car votre poste est inférieur à celui du pervers pour moi c’etait à chaque fois le cas il reste mutation service ou lieu et dernière solution la fuite…
    Même muter le directeur pervers continuait de me calomnier comme j’étais en cdd mon contrat n’a pas était renouvelle bien plus d’influence que moi et aussi je l’ai su 2 semaines avant la fin de mon contrat et encore parce que je l’ai demandé !
    Ou fuir je l’ai fais à 2 reprises sur 2 autres jobs aucun soutien même pire on me poussait à retourner rester !
    Fuyez ils sont très dangereux très toxique on met du temps à se remettre stress tension peur insomnie perte d’appétit rumination perte d’énergie déprime cauchemard !
    On est souvent seul pas aidé soutenu comprise mais plutôt à la place du coupable c’est nous le problème on travaille pas comme il faut on se comporte pas comme il faut la tenue aussi tout c’est insupportable est interdit c’est du harcellement morale de la violence psychologique un employé n’est pas un esclave !
    Je regrette pas d’être partie au contraire aucun compliment positivité sur des critiques des remarques des injures je suis pas un chien !
    Et réagissez vite n’attendez pas que cela s’arrange un chef patron manager qui vous respecte pas vous parle mal c’est pas le problème mais lui un fou un malade il a toujours raison ne d’excuse jamais ne se remet jamais pour les pervers les subordonnées se sont des chiens et les supérieurs ils sont mielleux avec !
    Et sentimental amical c’est pareil j’en ai fuis et fais dégager plein avec le sexe en plus l’horreur… On est des poupées gonflables je suis vite partie.
    Un voulait mon argent rien donné un m’offrir comme un proxénète degage…
    Se sont des malades après je les détectes vite donc ça va.
    Mais au moins 30 pour cents ils sont ne vous laissez pas faire !
    c’est important d’être epanouie au travail ou avec son compagnon ses amis….
    La vie est parfois dure le travail peut être parfois dure si en plus l’ambiance et pourrie et on part travailler la peur au ventre la c’est l’enfer faut pas accepter de travailler dans des mauvaises conditions c’est pas le travail qui est dure c’est l’ambiance au travail
    Si l’ambiance est bonne n’importe quel travail que vous ferez vous le ferez mieux et surtout vous aurez plaisir d’y aller retrouver vos collègues si on m’insulte me dénigre me met la pression pour rien juste pour me faire fuir m’ humiliez même bien payé j’y vais pas
    Arrêtez d’accepter de travailler dans l’ambiance esclavagiste faut se réveiller pour que cela cesse
    J’entends beaucoup je suis obligé de travailler la… C’est faux moi je suis partie on est obligé de rien plus les employés fuient se plaignent etc plus le manager chef directeur etc devient suspect incompétent aux yeux du plus grand nombre
    La peur et la soumission c’est pas une façon de gérer les choses
    Moi je me suis rebeller et j’étais seule Ils sont minimum 4 contre moi peut être plus et bien je suis partie j’en veux pas de leur argent sale de collègues pourris dans ma vie qui parlent comme des chiens beurk
    Agissez ou restez des moutons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *