Page d'accueil > Spiritualité et Loi d'Attraction > Extrait gratuit: la loi du désir (loi n°7)
Spiritualité et Loi d'Attraction

Extrait gratuit: la loi du désir (loi n°7)

loi du désir

Extrait gratuit: la loi du désir (loi n°7)

loi du désir

Il y a des lois qui règlent notre univers de façon très précise. 24 lois conditionnent et déterminent notre vie sans que nous le sachions. et j’en parle dans mon livre.

Les « écoles des mystères » de l’Égypte antique ont été les dépositaires de ces lois et aujourd’hui la physique quantique est en train de démontrer qu’elles sont tout à fait réelles.

asabove
«Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut» – Hermès Trismégiste

Extrait gratuit: la loi du désir

Vous avez peut-être déjà entendu cette expression : « Vous aurez ce que vous voulez si vous le voulez suffisamment fort ». La passion aide la création. Si vous voulez vraiment une chose, vous avez besoin d’expérimenter les émotions qui impliquent le fait que vous la possédez déjà. Lorsque vous remplissez votre esprit avec l’idée de la chose que vous souhaitez manifester dans votre vie, cela active votre inconscient de façon à ce qu’il en tienne compte et conduise tous vos comportements conscients et inconscients vers votre désir. Plus vous vous rappelez à vous-même la chose que vous voulez, plus elle est ancrée dans votre esprit comme une habitude.
Cette réaction est tout à fait normale, car vous êtes censé avoir des désirs, c’est comme cela que nous vivons! Vous n’avez plus besoin d’y penser, cela devient automatique pour votre inconscient. Comme une radio,
vous sélectionnez la chaîne et la fréquence est fixée en permanence, vous amenant vers votre objectif avec chaque onde.
Les recherches scientifiques révéleraient que notre réalité individuelle crée une expérience que notre cerveau choisit de nous donner. Notre cerveau reçoit 400 milliards d’informations par seconde, alors nous nous en remettons à nos systèmes filtrants pour pouvoir rester sains d’esprit. Comme je le disais dans une loi précédente, les filtres permettent généralement seulement aux données qui correspondent à des connaissances déjà existantes de passer. En d’autres termes, nous expérimentons une version très allégée de la « réalité », basée sur ce que nous croyons possible.
Il y a parfois des vibrations difficiles qui ne veulent pas changer. C’est alors le moment de réaliser une « désintoxication émotionnelle ». Les cellules du cerveau communiquent les unes avec les autres en utilisant des molécules de protéines particulières appelées « neurotransmetteurs ». Ces molécules se combinent de différentes façons pour créer une collection de « cocktails chimiques », et chaque cocktail contient un message spécifique. Par exemple, les émotions telles que la joie, la colère, l’espoir, la tristesse, l’anxiété et l’euphorie offrent leur propre cocktail.
Ces cocktails chimiques voyagent à travers les espaces entre les cellules où ils sont pris par un des milliers de neurorécepteurs qui se trouvent sur chaque cellule. Chacun de ces cocktails possède son propre neurorécepteur et tous les autres neurotransmetteurs l’ignoreront. Par exemple, seuls les récepteurs de la colère pourront prendre la substance chimique de la colère alors que les récepteurs de la joie prendront celle de la joie.
Ces cocktails chimiques sont utilisés pour transmettre l’émotion. Ils ne causent pas l’émotion, ils sont simplement les messagers entre les cellules qui activent le cerveau pour nous faire vivre cette expérience émotionnelle. Les émotions sont déclenchées par les pensées.
Si nous avons une pensée qui déclenche régulièrement une émotion comme la colère, l’inquiétude ou la peur, nous commençons à inonder nos neurones avec ce cocktail. En réponse, les cellules réceptrices vont créer de plus en plus de neurorécepteurs correspondants et vont commencer à remplacer les neurorécepteurs dont nous pourrions avoir envie, comme ceux de la paix et de l’harmonie.
Le point intéressant, c’est que ces récepteurs sont affamés ! Ils veulent que nous ressentions cette émotion encore et encore. Avec le temps, ils deviennent accros. C’est pourquoi nous pouvons encore être en train de ressasser ce qui s’est passé au travail plusieurs heures après que cela soit arrivé. Les cellules de notre cerveau sont dépendantes du bain chimique qu’elles reçoivent chaque fois que nous concevons à nouveau cette même pensée.
Mais il y a encore plus. Les cellules de notre cerveau peuvent provoquer cette pensée de façon à recevoir le cocktail émotionnel qu’elles veulent. Lorsque cette pensée a été activée suffisamment de fois, elle devient une croyance et, à ce moment-là, le cerveau ne voit que les preuves qui lui parviennent à travers le système de filtres qui supportent cette croyance.
Soudain, notre réalité a été sculptée par notre dépendance émotionnelle.
Parfois, nous pouvons remarquer que l’émotion semble surgir une fraction de seconde avant la pensée. Et nous pouvons choisir de ne pas suivre cette pensée, n’offrant pas ainsi à nos cellules le cocktail émotionnel qu’elles réclament jusqu’à ce que l’équilibre de la chimie de notre cerveau soit remis à zéro.
Ce processus peut produire un changement puissant, alors que nous exploitons le phénomène de la neuroplasticité (l’habileté de nos pensées a littéralement et physiquement changé notre cerveau, comme j’en ai déjà parlé).
Au cours des dernières années, nous avons commencé à mieux comprendre les bases neuronales des états comme le bonheur, la gratitude, le courage, l’amour, la compassion, etc. Et une meilleure compréhension veut dire que nous pouvons stimuler habilement les substrats neuronaux de ces états, ce qui veut dire que nous pouvons les renforcer. Comme l’a dit le scientifique Donald Hebb : « les neurones stimulés en même temps, se lient ensemble. »
Cela implique qu’avec la pratique, nous pouvons influencer de plus en plus notre « appareil neuronal » afin de cultiver des états d’esprit positifs.
Ces états d’esprit sont connus comme la « neuroplasticité autodirigée ». La neuroplasticité fait référence à la nature malléable du cerveau et elle est constamment en cours. La neuroplasticité autodirigée signifie la faire intentionnellement, avec clarté et habileté. La clé pour cela consiste à contrôler l’utilisation de notre focus. Le focus, c’est comme un projecteur qui éclaire certaines des choses dont nous avons conscience. Mais c’est également comme un aspirateur, recueillant toutes les informations sans discernement pour les amener vers le cerveau.
Par exemple, si nous focalisons notre attention régulièrement sur la rancune ou les regrets, nous allons construire les substrats neuronaux qui correspondent à ce genre de pensées et émotions. En revanche, si nous concentrons notre attention sur les choses pour lesquelles nous sommes reconnaissants, les bénédictions qui nous sont accordées dans notre vie (nos propres qualités, les choses que nous avons accomplies, les personnes autour de nous que nous aimons, etc.), nous construisons des substrats neuronaux très différents.
Cependant, peu d’entre nous ont un bon contrôle de leur attention. Développer un plus grand contrôle de notre attention d’une façon ou d’une autre – que ce soit à travers la pratique de la méditation en pleine conscience, par exemple, ou la pratique de la gratitude au cours de laquelle nous comptons ce pour quoi nous sommes reconnaissants – est important si l’on veut changer délibérément notre cerveau en mieux. Ce sont de bonnes manières de développer le contrôle de notre attention, car pendant un certain nombre de minutes, nous focalisons notre attention sur un objet présent dans notre champ de conscience (notre corps, ce pour quoi nous sommes reconnaissants, etc.).
Le fait de vivre des expériences positives n’est pas suffisant pour promouvoir et garder le bien-être à long terme. Si une personne se sent reconnaissante quelques secondes, c’est bien, mais pour vraiment imprégner cette expérience dans le cerveau, nous avons besoin de nous concentrer sur ces expériences un peu plus longtemps, nous avons besoin de garder notre attention consciemment sur le positif.
Voici un exercice en trois étapes afin de créer de nouveaux chemins neuronaux de façon intentionnelle :

  1. Transformez un fait positif en expérience positive. Souvent, nous avançons dans notre vie et il y a de bonnes choses qui nous arrivent. Ce sont de petites choses, par exemple les fleurs qui éclosent et embaument l’air, le fait de prendre un café avec un ami, etc. Chaque détail est une opportunité de se sentir bien. Ne laissez pas passer cette opportunité, reconnaissez-la et laissez vous aller à vous sentir bien.

  2. Savourez vraiment cette expérience positive. Rendez l’expérience aussi intense que possible en portant attention à ce que vos 5 sens ressentent à ce moment (l’odeur des fleurs, leurs couleurs et leurs formes, etc.). Enfin, alors que vous vous imprégnez toujours plus dans cette expérience, laissez-la s’imprégner en vous. Certaines personnes font cela à travers la visualisation. Vous pouvez, par exemple, imaginer un bijou contenant cette expérience précieuse venant se poser dans votre cœur. L’idée est que cette expérience devienne une ressource que vous pouvez prendre avec vous, peu importe où vous allez.

Vous trouverez ci-dessous le lien à:

La loi de la manifestation (loi n°6)

– La loi de la résistance (loi n 20)

– la loi du détachement (loi n°23)

24 lois lien

Vous trouverez ci-dessous les liens au livre où je parle des 24 lois si vous souhaitez en savoir plus…

Version papier»

Version numérique» 

333 affirmations
j’ai développé un programme d’affirmations positives qui s’appelle «333 affirmations : élever sa vibration, activer la loi d’attraction et attirer les synchronicités». Ces 333 affirmations sont une récolte des pensées les plus puissantes pour produire le changement positif. Il s’agit de petites graines que vous pouvez semer dans votre esprit. Vous pouvez télécharger ces 333 affirmations et les écouter pendant la journée pour vous aider dans votre processus «d’évolution» vers la meilleure version de vous et vous permettre de créer votre réalité. Cliquez ici

Stefano Pratt



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *