Page d'accueil > Manipulateurs > 7 façons de dire « non » au travail, même si vous faites face aux manipulateurs
ManipulateursTravailler avec un manipulateur

7 façons de dire « non » au travail, même si vous faites face aux manipulateurs

7 façons de dire « non » au travail, même si vous faites face aux manipulateurs - missionamesoeur.fr - Stfano PRATT

Être incapable de communiquer vos exigences au travail peut avoir des conséquences négatives à long terme. Cela peut représenter une source de stress, d’épuisement ou vous rendre presque invisible dans un contexte où les promotions et les augmentations dépendent de votre visibilité. Cela devient encore plus compliqué si votre patron est un manipulateur et que vous ne pouvez pas dire « non » et communiquer ouvertement votre vérité. Vous devenez une victime. Il n’y a pas de manipulateur s’il n’y a pas de victime. 

7 façons de dire « non » au travail, même si vous faites face aux manipulateurs

Lorsque vous êtes assertif, vous demandez ce dont vous avez besoin, vous parlez ouvertement de ce que vous voulez et vous reconnaissez que quelqu’un profite de vous. Vous pouvez aborder les choses que vous faites en toute confiance et avoir un impact direct sur votre environnement. Mais cela ne vient pas facilement pour tout le monde. L’assertivité est basée sur l’équilibre. Cela nécessite d’être direct sur vos désirs et vos besoins, tout en tenant compte des droits, des besoins et des désirs des autres. Lorsque vous êtes assertif, vous êtes sûr de vous et tirez le pouvoir de faire valoir votre point de vue avec fermeté, équité et empathie.

Voici les 6 façons de dire « non » au travail :

1. RECONNAISSEZ VOTRE VALEUR

La première étape pour devenir plus assertif consiste à adopter une perspective réaliste et respectueuse de votre valeur en tant que personne. Beaucoup de gens n’attribuent leurs échecs qu’à leurs défaillances (« Je ne suis pas bon en la matière, peu importe les efforts que j’y mets ») et leurs succès à la chance (« Cela s’est bien passé parce que c’était plus facile que tout le monde le pensait »), contribuant à entraîner le doute de soi et potentiellement un sentiment d’inutilité.

Prenez du recul et réfléchissez à ce à quoi vous contribuez sur votre lieu de travail. Pour le moment, essayez de calmer toute critique interne qui voudrait examiner vos défauts, vos erreurs et vos échecs ; ces pensées peuvent évoquer la honte et obscurcir votre capacité à voir vos attributs positifs. Procédez à un inventaire équilibré en notant les bonnes choses que vous avez réalisées et à tout ce que vous pourriez améliorer.

2. CONNAISSEZ VOS DROITS

Renseignez-vous sur les choses auxquelles vous avez droit dans votre lieu de travail. 

Apprendre à s’affirmer sur son lieu de travail implique de connaître les limites juridiques et éthiques de ce que vous pouvez attendre de votre environnement de travail. Par exemple, si vous vous sentez frustré de devoir travailler pendant le déjeuner quatre fois par semaine, ces informations peuvent vous indiquer si cette attente enfreint vos droits, ce qui peut renforcer votre désir de défendre vos besoins. Si vous êtes harcelé ou soumis à des mauvais traitements, des protections peuvent être mises en place pour vous aider. La connaissance peut vous aider à rechercher ce dont vous avez besoin.

3. CONNAISSEZ VOS LIMITES

Apprendre et respecter vos limites personnelles est une étape importante dans la régulation du stress et de la frustration. Pensez à ce que vous pouvez réellement attendre de vous et respectez vos limites. Nous sommes tous liés par notre humanité et par le temps ; il n’y a pas moyen de contourner ces problèmes, même si les échéances se rapprochent.

Tout le monde bénéficie de votre communication directe. Le fait d’être épuisé ou plein de ressentiment vous empêche de donner le meilleur de vous-même.

4. PRÉPAREZ-VOUS ET PRATIQUEZ

Lorsque vous êtes en désaccord avec quelque chose que votre patron vous dit ou vous demande de faire, réfléchissez calmement à ce qui vous est demandé. Soyez objectif dans votre approche et comprenez si votre patron demande quelque chose de possible ou de déraisonnable. Après cela, si vous sentez toujours que vous voulez dire « non », allez-y et faites-le. Posez-vous les questions suivantes : Quel est mon objectif ? Qu’est-ce que je veux dire ? Comment voudrais-je le dire ?

Jouez-le dans votre esprit, en jouant à la fois le scénario idéal et celui qui vous fait le plus peur. 

5. APPRENEZ LA DIFFÉRENCE ENTRE ASSERTIVITÉ ET AGRESSIVITÉ

C’est un aspect très important. Beaucoup de gens expriment leurs opinions sur le lieu de travail, mais uniquement lorsqu’ils sont avec des collègues. Si l’un de ces collègues vous déroute, cela vous mettra forcément dans une très mauvaise posture. C’est bien mieux de dire ce que vous pensez quand vous parlez à votre patron ou un collègue et de leur dire ce qui est possible autant que ce qui ne l’est pas.

De cette façon, vous ne laissez aucune possibilité de mauvaise communication ni d’interprétation erronée. Si votre supérieur hiérarchique sait dès le départ que vous attendez de la clarté et que vous communiquez, vous ne trouverez pas très difficile de dire non quand vous en aurez besoin. Cela vous aidera également à juger du bon moment pour dire non à votre patron. Beaucoup de gens se taisent parce qu’ils en sont venus à croire que parler est synonyme d’être autoritaire, envahissant ou irrespectueux envers les autres. L’affirmation de soi ne doit pas nécessairement être l’un de ces qualificatifs ; cela signifie seulement de valoriser vos propres pensées, vos sentiments et votre voix ainsi que ceux des autres.

Vous pouvez continuer à être une personne aimable et sympathique tout en communiquant directement. La communication assertive ne cherche pas à détruire les autres (ce serait une communication agressive). Son objectif est de créer le meilleur résultat pour vous, en coopération avec les autres, dans votre lieu de travail. 

6. CONTINUEZ VOTRE CROISSANCE

Plus vous apprenez et plus vous grandissez, plus vous vous sentirez connecté à vos compétences et à vos connaissances. La confiance est enracinée dans la connaissance de soi, de sa valeur et des choses que vous pouvez offrir au monde qui vous entoure. Continuez à cultiver votre carrière et reconnaissez que vos efforts et vos forces apportent des avantages à votre environnement de travail.

Ayez de la patience avec vous-même pendant ces changements. Vous risquez de trébucher dans des conversations difficiles ou de perdre courage au dernier moment. C’est normal – beaucoup de choses nouvelles sont difficiles au début, et créer un style de communication directe fait partie d’un processus.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *