Page d'accueil > Récupérer son ex ou tourner la page > Comment utiliser le pouvoir de votre cerveau pour améliorer vos relations et vos chances de trouver l’amour
Récupérer son ex ou tourner la page

Comment utiliser le pouvoir de votre cerveau pour améliorer vos relations et vos chances de trouver l’amour

Comment utiliser le pouvoir de votre cerveau pour améliorer vos relations et vos chances de trouver l'amour - https://missionamesoeur.fr - Stefano PRATT

Comment utiliser le pouvoir de votre cerveau pour améliorer vos relations et vos chances de trouver l’amour

 

Un des principes les plus importants que j’ai appris sur les relations est que notre maturité émotionnelle et spirituelle est liée à la sagesse et à l’habileté d’accueillir notre sentiment de vulnérabilité et d’entrer en rapport avec lui de façon naturelle et harmonieuse.

Cependant, c’est simple à dire et difficile à faire. Dans notre vie de tous les jours, nous sommes souvent obligés de mettre de côté notre vulnérabilité pour nous engager dans 1000 batailles au bureau, dans le metro, à la maison, pour faire avancer les différents choses «urgentes» que nous sommes obligés de faire. Le souci, c’est qu’après nous ne sommes pas capables de faire passer notre cerveau en mode «relations» quand c’est le moment.

Y a-t-il un lien entre le cerveau et les relations?

La réponse est oui, il y a un lien et de plus il est très étroit. La science a démontré qu’il existe des chemins neuronaux spécifiques qui nous aident à nous engager dans des relations saines et qu’au sein de telles relations ces chemins deviennent progressivement plus forts.

Malheureusement, l’inverse est également vrai et le rythme que nous avons dans notre société fait en sorte qu’il n’est pas naturel pour nous de développer notre cerveau émotionnel. Cela est contre intuitif pour nous. Le résultat est que, bien que chacun d’entre nous cherche l’amour, la compréhension et la connexion avec les autres, nous ne savons pas toujours comment faire pour les créer.

Appendre à développer son «cerveau émotionnel» est essentiel pour pouvoir vivre des relations de partage, des Relations Évolutives, au sein desquelles les deux partenaires peuvent «évoluer» en tant qu’individu et en tant que couple. 

Regardons certaines des causes qui font que nous nous éloignons sans le savoir de la possibilité de construire ce type de relation avec notre partenaire ou avec la personne avec qui nous venons tout juste de commencer à sortir. 

Plus nous collectionnons les rejets, dans n’importe quel domaine mais tout particulièrement dans celui des relations, plus nous avons tendance à nous cacher pour protéger notre coeur sensible ou à essayer de cacher notre vulnérabilité en montrant de l’agressivité, en blâmant les autres ou en les manipulant.

Le désir d’être protégé et d’éviter le danger est contrôlé par notre amygdale (ou complexe amygdalien), une partie de notre cerveau située dans le lobe temporal. L’amygdale analyse notre environnement pour identifier les menaces potentielles à notre sécurité et à notre bien-être. Cette partie de notre cerveau nous protège d’un serpent aussi bien que d’un collègue de travail qui essaie de nous donner un coup dans le dos. Le problème est qu’elle s’active à chaque fois que nous nous sentons vulnérables, et donc même lorsqu’être vulnérable est naturel, comme c’est le cas en amour.

Si nous ne nous sentons souvent pas suffisamment confiants pour montrer nos vrais sentiments et désirs, nous pouvons alors essayer d’éviter à tout prix de nous attacher aux autres. Nous tentons de nous rapprocher des autres tout en restant sur la défensive et en ne permettant pas véritablement à ceux-ci de se rapprocher de nous. Ou encore nous pouvons nous attachés aux autres tout en étant terrorisés par tout signe de désaccord. Lorsque la confiance que nous avons en nous et en les autres a été brisée, même la plus petite incompréhension ou friction est vue comme une violation démesurée de notre confiance qui peut provoquer en nous de l’agressivité ou l’envie de fuir. Il est cependant important de garder à l’esprit que les incompréhensions et frictions sont présentes mêmes dans les meilleures relations.

Quand nos instincts de protection essaient de nous protéger de la souffrance, nous attaquons, nous accusons ou nous nous cachons au lieu de danser avec la musique de nos émotions. Nous alimentons le mécontentement qui réduit toujours plus la confiance et la connexion que nous sommes en réalité en train de chercher.

amour

Nous créons un terrain propice aux connexions lorsque nous sommes en connexion avec nous-même. Cela signifie être conscient de nos émotions à tout instant.

L’intimité est de part sa propre essence une pratique de présence. Être présent et porter attention, qu’il s’agisse de votre meilleur ami, d’un arbre ou de votre coeur. Nous avons appris des milliers de tactiques de distraction et de disassociation, exacerbées par nos portables et télévisions, sans mentionner la peur du silence qui règne dans notre interactions au quotidien.

Une prédisposition à l’amour et à l’intimité se crée lorsque nous remarquons de façon consciente et acceptons ce qui est vulnérable et vivant en nous et que nous sommes désireux de prendre le risque de le dévoiler aux personnes en qui nous avons confiance et avec qui nous voulons nous sentir plus connectés. En partageant mutuellement ce qu’il y a de vulnérable en nous, nous nous offrons réciproquement un cadeau.

Les neuroscientifiques ont découvert que les émotions ont leur origine dans notre corps. L’information se transfert de notre ventre au coeur via la colonne vertébrale puis monte jusqu’au cerveau où nous devenons alors conscients des émotions que nous ressentons.

La pratique de la méditation nous offre une façon d’être conscients de nos émotions sans toutefois nous sentir submergés. Nous découvrons nos émotions aller et venir en même temps que nous développons notre manière intérieure de les observer, de les influencer et d’écouter ce qu’elles ont à nous dire. La méditation calme le cerveau émotionnel. Quand vous inspirez profondément dans le ventre, la respiration active le système parasympathique qui calme le système nerveux sympathique, lequel est responsable du déclenchement de vos réactions de défense.

Alors, tout simplement, permettez-vous de ressentir ce que vous êtes en train de ressentir. Vous pourriez avoir besoin de retrouver la juste distance entre vous et l’émotion de façon à ne pas vous sentir submergé par elle. Vous pourriez vouloir vous visualiser vous-même en train de mettre les bras autour de votre émotion tout en disant simplement à cette partie de vous-même : «Je sais que tu te sens blessée en ce moment, ou triste ou que tu as peur. C’est correct de se sentir de cette façon».

Si l’émotion est trop forte pour effectuer cet exercice, vous pourriez vouloir déplacer cette émotion et l’éloigner de vous-même pour ensuite l’observer. Afin de réussir à faire cela, faites l’exercice suivant :

1. Notez comment vous vous sentez.

2. Identifiez où cette émotion se trouve dans votre corps.

3. Remarquez si elle est en mouvement, si elle tourne ou si elle se déplace dans votre corps.

4. Ensuite, faites-la tourner dans le sens inverse et déplacez-la. Ou encore, faites-la sortir de vous, tournez-la puis faites-la revenir en vous pour ensuite la laisser réduire son intensité ou disparaître d’elle-même.

Surtout, accueillez votre vulnérabilité à la place d’en avoir honte ou d’en avoir peur. Développer une relation avec cette partie de vous qui se sent parfois peu assurée et vulnérable vous aidera à devenir plus fort et sûr de vous. Paradoxalement, nous trouvons la sécurité et la stabilité non en niant notre vulnérabilité humaine ou en en ayant honte, mais en entrant en relation avec elle de façon honnête.

Pour en savoir plus :

L’intelligence émotionnelle : Intégrale (D. Goleman)

La maîtrise de l’amour : Apprendre l’art des relations (M. Ruiz)

L’amour est une drogue douce… En général (M. Reynaud)

 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *